Mise en candidature

Le Prix de la famille Weston pour l’ensemble des réalisations dans la recherche nordique reconnaît une contribution importante et un impact important d’une carrière dévouée à la recherche nordique par une personne qui a fait preuve de leadership, d’inspiration et de mentorat dans la recherche dans le Nord canadien. Les candidatures seront examinées en fonction de l’importance et de l’incidence de la contribution de chaque candidat à la recherche nordique. Un comité de pairs ayant une vaste expérience dans le Nord examinera les candidatures et recommandera le lauréat. Le prix sera décerné lors d’une cérémonie public.


Valeur

50 000 $
50 000 $ pour une bourse de recherche postdoctorale du choix du destinataire
10 000 $ pour favoriser une collaboration mutuellement avantageuse avec les membres de la collectivité inuite et/ou autochtone locale
5 000, $ pour les voyages nordiques

Objectif

Ce prix reconnaît la contribution importante et l’impact général d’une carrière dévouée à la recherche nordique par une personne qui a fait preuve de leadership, d’inspiration et de mentorat dans la recherche dans le Nord canadien.

Admissibilité

  • Les candidats doivent être actifs actuellement et démontrer un programme soutenu de recherches nordiques dans les sciences naturelles
  • Il n’est pas permis de proposer sa propre candidature ni de proposer une candidature à titre posthume
  • Une personne ne peut gagner le prix qu’une seule fois, et ne peut gagner le prix s’il siège au comité de sélection
  • Les candidats doivent être citoyens ou résidents permanents du Canada, depuis cinq ans, au moment de la mise en candidature

Mise en candidature

Une mise en candidature doit obligatoirement comporter :

  • Lettre de mise en candidature (maximum cinq pages)
  • Curriculum vitae du candidat
  • Lettres d’appui d’un maximum de cinq répondants indépendants

Récipiendaires

2017

Dr Michel Allard

M. Allard est professeur au Département de géographie de l’Université Laval, où il étudie le pergélisol au Nunavik, dans le nord du Québec. M. Allard a entrepris une recherche fondamentale multipartite sur les processus physiques de la formation du pergélisol sous les climats passés et actuels, ainsi que sur les effets de la fonte du pergélisol dans l’environnement naturel et sur l’infrastructure. Son attention aux préoccupations des Inuits l’a amené à élaborer en collaboration des solutions pratiques qui contribuent au bien-être général et à la sécurité des membres de la communauté inuite. Au cours de ses trois décennies de travail dans le Nord, il a rédigé plus de 130 articles scientifiques et encadré plus de 120 étudiants, dont beaucoup demeurent actifs dans la recherche nordique dans des institutions réputées. Il a reçu le Prix de la recherche scientifique sur le Nord des Affaires autochtones et du Nord Canada en 2006 et la Médaille polaire en 2015.

2016

Dr John England

M. England a mené ses recherches dans l’Arctique canadien pendant 50 ans. Ses recherches comprennent la reconstitution d’anciennes nappes glaciaires et de l’évolution de la glace de mer et du niveau de la mer en vue de fournir le contexte nécessaire pour comprendre l’impact des changements climatiques modernes. Les conclusions de M. England ont mené à une réévaluation complète de la dernière période glaciaire dans l’ouest de l’archipel de l’Arctique qui a apporté de nouvelles perspectives aux recherches internationales dans l’océan Arctique.

2015

Dr Ian Stirling

Pendant plus de quarante ans, le Dr Stirling a étudié l’écologie et le comportement des mammifères marins de l’Arctique, en particulier des ours polaires, ce qui a mené à une nouvelle ère de compréhension écologique de l’Arctique. M. Stirling est professeur auxiliaire au Département des sciences biologiques de l’Université de l’Alberta et chercheur émérite à Environnement Canada. Un point saillant de son travail est une étude publiée en 1999, qui a confirmé pour la première fois que l’impact négatif du réchauffement climatique sur les ours polaires était statistiquement significatif. Plus précisément, son étude à long terme des ours polaires dans le sud de la mer de Beaufort a mené à la première documentation scientifique sur la chute subite de la reproduction des phoques annelés, suivie d’une diminution correspondante de la survie des jeunes ours polaires.

2014

Dr Charles Krebs

Au cours des 50 dernières années, le Dr Krebs, l’un des plus éminents écologistes du monde, a apporté une énorme contribution à la recherche nordique au Canada. Sa carrière a débuté dans les Territoires du Nord-Ouest à la fin des années 1950, alors que ses études supérieures l’amenaient dans la région d’Inuvik, dans les Territoires du Nord-Ouest, pour étudier les nouveaux rennes et Baker Lake, au Nunavut. Depuis le début des années 1970, le Dr Krebs travaille continuellement dans le sud-ouest du Yukon sur la dynamique des écosystèmes de la forêt boréale, en particulier le cycle du lièvre d’Amérique et les fluctuations des petits mammifères. Tout au long de sa carrière, M. Krebs a abordé des questions fondamentales qui s’appliquent non seulement au Nord canadien, mais à l’écologie de la vie sur la planète. Son projet d’une dizaine d’années au projet Kluane a été élargi pour devenir le programme de surveillance écologique communautaire, avec des sites partout au Yukon. Cette base de données accessible au public continue d’être maintenue. L’influence du Dr Krebs a également été étendue à ses étudiants, dont beaucoup ont poursuivi leur propre carrière dans le Nord.

2013

Dr John Smol

M. Smol est professeur de biologie (nommé conjointement à la School of Environmental Studies) de l’Université Queen’s (Kingston, Ontario), où il est également titulaire de la Chaire de recherche du Canada en changements environnementaux. M. Smol a fondé et codirigé le Laboratoire d’évaluation et de recherche en environnement paléoécologique (PEARL), qui se consacre à l’étude des changements environnementaux mondiaux à long terme, en particulier dans les lacs. M. Smol est l’auteur de plus de 450 publications et chapitres de journaux depuis 1980, ainsi que de 19 livres. Smol était l’éditeur fondateur du Journal of Paleolimnology (1987-2007) et est le rédacteur en chef de la revue Environmental Reviews. Depuis 1990, il a reçu plus de 45 prix et bourses de recherche et d’enseignement, dont la Médaille d’or Herzberg 2004 du CRSNG et le Prix Découverte du premier ministre de l’Ontario pour les sciences de la vie et la médecine. Il a remporté 10 prix d’enseignement, de mentorat et de sensibilisation scientifique, et a été nommé par le magazine Nature le meilleur mentor scientifique à mi-carrière au Canada. En 2013, le gouverneur général du Canada a nommé M. Smol Officier de l’Ordre du Canada.

2012

Dr Louis Fortier

Formé à l’Université Laval et à l’Université McGill, boursier postdoctoral de l’OTAN et professeur à l’Université Laval depuis 1989, Louis Fortier étudie la dynamique des populations de zooplancton et de poissons marins. Il détient la chaire de recherche du Canada sur la réponse des écosystèmes marins de l’Arctique au réchauffement climatique. M. Fortier dirige la participation du Canada à plusieurs programmes internationaux et réseaux de recherche nationaux depuis 1997. En 2002, Louis Fortier dirigeait le consortium pancanadien qui a modernisé l’Amundsen, le brise-glace de recherche canadien dédié. M. Fortier est un chercheur fondateur d’ArcticNet, qui vise à anticiper les impacts du réchauffement climatique et de la modernisation dans l’Arctique sur la santé et l’économie des collectivités du Nord. Louis Fortier a été élu « Scientifique de l’Année 2004 » par Radio-Canada et « Personnalité scientifique de 2005 » par La Presse et Radio-Canada. Le gouverneur général l’a nommé Officier de l’Ordre du Canada en février 2007. Il a reçu un doctorat honorifique de l’Université du Manitoba en octobre 2007.

2011

Dr Serge Payette

Le Dr Serge Payette a découvert sa passion pour le Nord en 1966 après avoir passé du temps dans l’Arctique en tant qu’étudiant. En 1969, il a commencé à donner des conférences à l’Université Laval, où il demeure professeur et chercheur au Centre d’études nordiques (CEN). Ses nombreuses contributions à la recherche nordique comprennent son travail en tant que directeur du CEN pendant douze ans. Il est titulaire de l’un des six chaires du CRSNG pour la recherche nordique depuis 2003. M. Payette a consacré plus de 40 ans de sa vie à la recherche nordique et à l’enseignement et au mentorat de jeunes scientifiques. Au total, 81 étudiants de troisième cycle – 22 doctorats, 9 post-doctorats et 50 maîtres – ainsi que des centaines d’étudiants de premier cycle ont tous eu le privilège d’apprendre et de vivre le Nord à l’école Payette. À ce jour, M. Payette a publié plus de 170 articles dans des revues à comité de lecture, 14 chapitres de livres et de nombreux rapports de recherche. Il a créé la revue internationale Écoscience / Écoscience spécialisée en écologie, qui entre maintenant dans sa 17e année de publication. Sa prochaine publication sera un ensemble de quatre volumes, Flore du Québec Nordique, en collaboration avec plusieurs collègues botanistes.